Publié par : odelafaire | 3 juin 2012

Elections législatives – 1ère Circonscription des Yvelines

En cette période électorale d’une extrême importance pour notre pays, les habitants de la première circonscription des Yvelines font face à des choix complexes liés à la multiplication des candidatures.

La pluralité et la diversité de ces candidatures sont une bonne chose pour notre démocratie française mais lorsqu’elles expriment des avancées, la défense d’idées, sans engendrer des divisions et des querelles au détriment d’amitiés et du respect des convictions de chacun.

Certaines personnes du PCD ont fait le choix de soutenir la candidature de Béatrice Bourges. C’est un choix que je respecte parfaitement.

Pour ma part, c’est un choix compliqué, mais je fais le choix de rester fidèle à mes engagements de campagne des dernières élections cantonales :

  • ″Agir″ pour redonner à notre canton toute sa dynamique par une meilleure collaboration entre la mairie et le conseil général. Pour cela, c’est travailler avec tous les acteurs, c’est s’entourer, s’engager dans des équipes de travail pour faire avancer nos projets et aider chaque concitoyen ;
  • ″Agir″ concrètement, efficacement, tout en défendant nos idées et nos projets avec nos valeurs humaines et sociétales fondamentales.

Dès 2008, j’ai soutenu l’action de François de Mazières pour la ville de Versailles, et j’entretiens avec son équipe d’excellentes relations qui nous permettent de mettre en place ce nouveau souffle promis en 2008, au service de chacun pour le Bien commun, comme je le scandais en 2011.

J’entends revenir régulièrement l’argument du problème que pose le cumul des mandats. Nos élus, qui nous représentent et votent les lois ont besoin d’un ancrage territorial fort qui les inspire. Ce contact privilégié qui leur est donné avec les habitants d’une ville est un véritable atout pour l’élu, comme pour les habitants. Interdire un mandat local aux députés serait une grande erreur : ce serait ne plus avoir de représentativité de la population (agriculteur, médecin…), encourager davantage les parachutages, et surtout, être un jeu de out-placement des partis politiques.

Ainsi, je tiens à rassurer toutes les personnes rencontrées durant cette campagne que je fais le choix de l’unité : l’unité de mes engagements, l’unité de mes convictions, l’unité de la droite. C’est la raison pour laquelle avec ma suppléante Anne-Lise Josset, nous avons décidé d’apporter ensemble notre voix à François de Mazières.

Olivier de LA FAIRE

Publicités

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :