Publié par : odelafaire | 16 juillet 2012

Cheval et Handicap

La loi sur le handicap de 2005 a été une étape importante dans la connaissance et la prise en compte de celui-ci, mais beaucoup de choses restent encore à faire .

Les Yvelines constituent aujourd’hui le premier Département français en termes de densité de nombre de licenciés (3 800 licenciés) et de centres équestres (près de 180 centres).

Le Département a déjà engagé un grand nombre de mesures : près de 30 classes de collège participent au programme Equitation au collège.

A la suite du colloque « cheval et handicap » qui s’est déroulé le 12 septembre 2011 il a été décidé d’utiliser encore davantage notre richesse équine et de rendre le cheval accessible pour le plus grand nombre et de s’adresser aussi aux personnes handicapées physiques et psychiques, voire sociaux.

Le colloque a fait ressortir de la part des professionnels du monde équestre, notamment que le cheval peut être un partenaire thérapeutique. Personne ne nie les effets bénéfiques de la présence de l’animal sur l’Homme, lesquels sont autant visibles que très inconscients. Il est d’ailleurs peu connu que les personnes ayant un animal de compagnie consomment jusqu’à 20 % de médicaments en moins. L’animal responsabilise aussi les personnes et aide à l’autonomie et à l’épanouissement notamment via l’équithérapie.

Notre département dispose de tous les atouts pour développer cette pratique et recherche des pistes d’action en faveur des personnes handicapées.

L’équitation thérapeutique est une thérapie à médiation corporelle. Elle utilise le cheval comme moyen d’aller mieux dans son corps et dans sa tête. Son principe primordial est de créer un réseau de communication avec le thérapeute, avec le groupe et avec le cheval. Le patient joue un rôle actif. Sont alors essentiels les soins du cheval, ainsi que la compréhension progressive de ses comportements. Le cheval peut être utilisé comme médiateur permettant de travailler sur des objectifs précis portant en général sur des améliorations au niveau psychomoteur (schéma corporel, espace, coordination, dissociation, latéralité, tonus équilibre…), au niveau psychique (relaxation, confiance en soi, découverte d’aspects cachés de soi…), au niveau cognitif (particulièrement en cas de blocage avec d’autres moyens didactiques), et au niveau social (le manège créant un espace de rencontre).

C’est dans cette optique que j’ai créé un groupe de travail au Conseil Général composé de la Mission « cheval » du Conseil Général, de la Direction de l’Autonomie,  ainsi que des professionnels dans le domaine équestre, équithérapie, des Directeurs d’établissements pour personnes handicapées, afin de permettre aux enfants d’IME et de Centres d’adultes handicapés de pouvoir bénéficier d’équithérapie.

Face aux résultats probants de l’équithérapie nous étudions des solutions de prise en charge au même titre que les autres soins médicaux thérapeutiques.

Un stage expérimental se déroulera pendant trois semaines en juillet au Club Hippique de Versailles. Ce centre, sous la Présidence de Mme Dejean et de son équipe,  accueille déjà des personnes en situation de handicap.

Publicités

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :