Publié par : odelafaire | 29 novembre 2013

Communiqué de presse du groupe Ensemble pour les Yvelines – Découpage cantonal, petits arrangements entre amis PS

Le Gouvernement vient de transmettre au Président du Conseil général des Yvelines, Alain SCHMITZ le projet de découpage cantonal du département concocté par le Ministre de l’Intérieur, Manuel VALLS.

photo

Ce découpage fait suite à la modification du mode de scrutin des élections cantonales votées par la majorité socialiste au Parlement. Celle-ci prévoit la réduction du nombre de cantons tout en augmentant le nombre d’élus. Cherchez l’erreur ! En réalité, chaque nouveau canton verra l’élection de deux Conseillers généraux. Sans surprise et bien malheureusement, le PS se complaît dans son dogme favori : augmenter la dépense publique sans jamais la réduire et financer son augmentation en levant l’impôt ! Car, au final, cette réforme va créer des dépenses supplémentaires.

S’agissant du découpage à proprement parler, on y retrouve tous les ingrédients de la cuisine électoraliste :

Pour les Yvelines cela se traduit par le passage de 39 cantons soit 39 conseillers généraux à 21 cantons soit 42 Conseillers généraux. Tout l’art des socialistes a consisté à faire croire aux Français qu’on réduirait les coûts du « mille-feuille » administratif, alors que rien ne change ! Si le résultat se passe de commentaire, nous sommes en droit de nous interroger sur le sens de cette réforme. Nous rappellerons qu’initialement, l’UMP avait fait adopter une loi instituant le Conseiller territorial. Celui-ci aurait siégé à la fois au Conseil régional et au Conseil général, ce qui permettait une réduction de plus de la moitié du nombre d’élus et, surtout, répartissait les compétences pour éviter leurs redondances et permettre de véritables réductions de dépenses.

Par ailleurs et comme prévu, Manuel VALLS a découpé les nouveaux cantons avec des ciseaux de la marque « Socialiste ». Il a pris soin de ne jamais regrouper des conseillers généraux socialistes entre eux, ce qui aurait pourtant permis de réduire le nombre de cantons. Au contraire, il s’est évertué à préserver chacun d’entre eux par de grosses ficelles. Ainsi les bastions électoraux voisins favorables aux socialistes ont systématiquement été ajoutés aux cantons de leurs élus. Il eut été tellement plus cohérent de s’appuyer sur les intercommunalités. Cela traduit l’absence de vision pour le département, et a pour conséquence de compliquer l’action publique à l’échelle des bassins de vie.

Ces arrangements, à n’en pas douter, ne serviront pas la démocratie. Sans compter que ce n’est pas rendre service à la parité que de l’utiliser comme caution d’une réforme aussi inutile. Pour la parité, il suffisait juste de faire comme pour les élections législatives, au lieu de chercher une solution que l’on nous vend comme originale, alors que c’est très probablement l’incohérence d’un tel mode de scrutin qui explique qu’aucun pays n’ait jamais eu l’idée même d’y recourir !

Les Français, et plus particulièrement les Yvelinois, n’en seront pas dupes. Il est profondément regrettable qu’au moment où des réformes de fond sont nécessaires et souhaitées par une très large majorité de nos concitoyens, le Gouvernement s’éloigne à ce point de l’intérêt général.

Le groupe de la majorité départementale EPY – Le 29 novembre 2013

Publicités

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :